La Commune de 1871
 
   
" Le cadavre est à terre, et l'idée est debout "
Victor Hugo
   

Photographie de Corina Paltrinieri
 
La Commune de 1871

C'est le nom qu'on attribue généralement au gouvernement révolutionnaire français établi par le peuple de Paris à la fin de la guerre franco-prussienne (1870-1871). L'échec de la bataille de Sedan scelle la défaite française et le 1er septembre 1870, l'empereur Napoléon III se rend aux prussiens. Deux jours plus tard, les républicains de Paris se saisissent du pouvoir et proclament la 3ème République, reprenant la guerre contre la Prusse.

En janvier 1871, les français capitulent après un siège de Paris qui dure plus de 4 mois. Les termes de l'armistice signé en février prévoient la tenue d'un vote de l'Assemblée Nationale sur l'éventualité de conclure une paix avec les prussiens. La majorité des députés - des royalistes qui veulent restaurer la monarchie - sont partisans de l'approbation des conditions de paix imposées par le premier ministre de Prusse, Otto von Bismarck. Les républicains radicaux et les socialistes toutefois, refusant d'accepter les conditions d'une paix qu'ils ressentent comme une humiliation, sont en faveur de la poursuite du conflit.

Les 17 et 18 mars, la population parisienne se soulève contre le gouvernement national qui est contraint de fuir la capitale pour venir s'installer à Versailles. A Paris, les radicaux installent un gouvernement "prolétaire" qu'ils nomment Comité Central de la Garde Nationale et fixent la date du 26 mars pour la tenue d'élections au Conseil Municipal. C'est sous le nom de "Commune de 1871" que ce Conseil et ses membres, "les communards", jouiront de leur plus grande notoriété. Un grand nombre de ces "communards" sont des disciples de Louis Auguste Blanqui, révolutionnaire détenu à Versailles sur instruction du chef de l'Assemblée Nationale, Adolphe Thiers. D'autres se réclament de divers courants de l'école socialiste, notamment les disciples de Pierre Joseph Proudhon et les membres de l'Association Internationale des Travailleurs dont Karl Marx est à l'époque le secrétaire correspondant.

La Commune promulgue un grand nombre de mesures en faveur des ouvriers, mais ne vivra pas assez longtemps pour que celles-ci puissent entrer en vigueur. En effet, le gouvernement de Thiers est décidé à étouffer l'insurrection par la force. A partir du 2 avril et durant plus de 6 semaines, Paris est de nouveau en état de siège, encerclé par l'armée régulière qui soumet la capitale à une intense campagne de bombardement. Avec la percée de ses lignes de défense début mai, la capitale est investie par les troupes au prix de combats de rue acharnés dont la violence culmine au cours de la semaine du 21 au 28 mai, plus connue sous le nom de "semaine sanglante". Dans leurs derniers jours de combat désespéré, les communards incendient de nombreux bâtiments publics parisiens et assassinent leurs otages, dont l'Archevêque de Paris. De 20 à 30 000 parisiens, y compris de nombreuses femmes et enfants, sont massacrées par les forces du gouvernement.
 

L'histoire de la Commune

Paris, 18 mars 1871, tôt le matin. Les femmes du quartier Montmartre découvrent que les troupes gouvernementales, sur ordre de Thiers, sont en train de saisir les canons de la Garde Nationale parisienne. La foule se rassemble spontanément et submerge la troupe. Désertions et fraternisations déjouent la manoeuvre. L'insurrection s'étend rapidement dans Paris, avec son feu d'artifice de réappropriation de vivres et d'attaque des symboles de l'ordre (prisons,...).

Thiers et sa clique doivent alors admettre l'échec de leur coup, et s'enfuient pour Versailles, à l'ouest de Paris. Au cours des deux mois qu'elle durera, la Commune de Paris fut loin d'être homogène, dans son projet comme dans sa pratique. Dans la mosaïque politique et sociale du Paris insoumis, c'est le Comité Central de la Garde Nationale qui s'impose en maître des lieux au soir du 18 mars 1871. S'y ajoutent deux pôles de pouvoir: le gouvernement municipal qui sortira d'élections (l'ancien ordre est tenace), et bien sûr le turbulent peuple de Paris. L'insurrection de Paris contenait incontestablement pour partie l'aspiration à la révolution sociale, mouvement de classe qui s'arroge le pouvoir d'abolir les classes, l'appareil d'état, et les rapports de production capitalistes. Mais le gouvernement de la Commune incarna forcément la reproduction du compromis propre à tout Etat, assorti de la minorisation des forces révolutionnaires (blanquistes [du nom de Blanqui, retenu prisonnier par les Versaillais] et autres anarchistes,...).

Sous l'influence majoritaire des jacobins (héritiers des valeurs bourgeoises de la révolution française), les mesures prises par le gouvernement municipal furent clairement plus libérales que révolutionnaires. Thiers de son côté, fermement décidé à tailler Paris en pièces plutôt que de le laisser aux communards, gagne du temps et rassemble des régiments à Versailles. Il applique l'universelle recette des répressions armées: exhorter des soldats, non-informés et désinformés, à étriper vaillament " cette bande de sanguinaires pillards ". Comme chaque fois également, la presse bourgeoise et d'éminents lettrés (Georges Sand, Flaubert,... ce gorgon de Zola) condamnèrent la Commune, et se répandirent en calomnies si viles que rigoureusement ma mère m'a défendu de les reproduire ici. Paris se truffe de barricades mais la désorganisation des communards permet la percée décisive des Versaillais, le 21 mai.

La semaine sanglante commence, véritable extermination des communards. Sous la bannière triomphante de l'ordre rétabli, les exécutions, les déportations (en Nouvelle-Calédonie, surtout) achèvent l'oeuvre d'écrasement du mouvement. Les traîneurs de sabre, porteurs de cocardes, crapauds de bénitiers et affameurs repus pouvaient regagner leurs postes.

 
Révolution ouvrière et Démocratie citoyenne

LES ELECTIONS DU 26 MARS 1871

Dans les huit jours qui séparent le 18 mars 1871 de l'élection à la Commune, le Comité Central de la Garde Nationale, émanation du peuple en armes, fait fonctionner les services publics laissés à l'abandon. Dans ses proclamations pour la préparation aux élections de la Commune, le Comité Central définit clairement les conditions de l'exercice d'une véritable démocratie directe : "Les membres de l'assemblée municipale, sans cesse contrôlés, surveillés, discutés par l'opinion, sont révocables, comptables et responsables."

"Quand nous pourrons avoir les yeux partout où se trouvent nos affaires, partout où se préparent nos destinées, alors, mais seulement alors, on ne pourra plus étrangler la république." La veille du scrutin, les membres du Comité Central prodiguent leurs ultimes conseils aux électeurs parisiens : "Ne perdez pas de vue que les hommes qui vous serviront le mieux sont ceux que vous choisisez parmi vous, vivant de votre propre vie, souffrant des mêmes maux. Défiez-vous autant des ambitieux que des parvenus ; les uns comme les autres ne consultent que leur propre intérêt et finissent toujous par se considérer comme indispensables"(...) "Nous sommes convaincus que, si vous tenez compte de ces observations, vous aurez enfin inauguré la véritable représentation populaire, vous aurez trouvé des mandataires qui ne se considèreront jamais comme vous maîtres".

UNE OEUVRE TOUJOURS D'ACTUALITE

Le débat sur son contenu, sa portée et ses enseignements n'est toujours pas clos : Certains disent en avoir tiré une conception nouvelle de l'Etat et d'un parti ouvrier révolutionnaire, D'autres pensent que la Commune est le dernier soubresaut, le crépuscule des révolutions du XIX ème siècle, La Commune de Paris fut le premier " gouvernement " à forte proportion d'élus ouvriers et, en 72 jours, malgré la guerre civile omniprésente, elle innova : aussi bien dans le domaine social que dans celui de l'organisation du travail ; aussi bien dans le domaine de la laïcité que dans celui de l'éventail des salaires ; aussi bien dans l'enseignement que dans la pratique de la démocratie. Le texte qui suit est de Claude Willard président de l'association "Les Amis de la Commune de Paris". La Commune demeure ensevelie sous une chape de silence, bien qu'elle soit ou plutôt parce qu'elle est porteuse de valeurs, valeurs battues en brèche par les héritiers de ceux qui massacrèrent les Communards.

UNE REVOLUTION OUVRIERE

L'insurrection communarde naît d'un sursaut patriotique contre la faillite, voire la trahison, des équipes dirigeantes durant la guerre franco-prussienne de 1870-1871, et d'un puissant réflexe républicain contre les périls d'une restauration monarchique. Comme le proclame le Journal officiel du 21 mars 1871, " Les prolétaires de la capitale, au milieu des défaillances et des trahisons des classes gouvernantes, ont compris que l'heure était arrivée pour eux de sauver la situation en prenant en main la direction des affaires publiques. " Cette révolte, réponse à la provocation de Thiers du 18 mars, se transforme en révolution ouvrière. Ouvrière par la masse de ses combattants (84% des Communards arrêtés sont des travailleurs manuels), par le fort pourcentage d'ouvriers (environ 30%) au sein du Conseil général de la Commune, par la constante pression exercée du dehors, enfin par sa législation sociale. Mais cette classe ouvrière est fille de son temps, d'un capitalisme en pleine ascension, intermédiaire donc entre l'artisanat sans-culotte et le prolétariat d'usine, une classe ouvrière adolescente, mal structurée, se lançant " à l'assaut du ciel ".

Cette hétérogénéité, jointe à sa naissance spontanée du 18 mars, explique largement l'inexpérience, l'isolement, les rivalités paralysantes de la Commune, mais aussi sa diversité foisonnante (néo-jacobins, proudhoniens, néo-proudhoniens, blanquistes, bakounistes, marxistes, francs-maçons...), source d'un héritage pluriel.

LA DEMOCRATIE CITOYENNE

Au nom de la souveraineté populaire et dans le droit fil de la Constitution de 1793, la Commune engendre une vraie démocratie. Le Comité central de la Garde nationale, installé à l'Hôtel de Ville depuis la soirée du 18 mars, précise, dans son appel du 22 mars aux électeurs, sa conception de la démocratie : " Les membres de l'assemblée municipale, sans cesse contrôlés, surveillés, discutés par l'opinion, sont révocables, comptables et responsables " ; et, le 24 mars : " Quand nous pourrons avoir les yeux partout où se traitent nos affaires, partout où se préparent nos destinées, alors, mais alors seulement, on ne pourra plus étrangler la République. " Les élus de la Commune, révocables, corsetés par un mandat impératif, demeurent sous la férule d'un véritable " ministère des masses " : chambres syndicales, clubs, comités de femmes, presse maintiennent une forte pression, à laquelle convie le club Nicolas-des-Champs : " Peuple, gouverne-toi toi-même par tes réunions publiques, par ta presse ; pèse sur ceux qui te représentent ; ils n'iront jamais trop loin dans la voie révolutionnaire. " Lorsque les ouvriers boulangers, obtenant la suppression du travail de nuit, se rendent à l'Hôtel de Ville remercier la Commune, ils sont vertement tancés par le journal Le prolétaire : " Le peuple n'a pas à remercier ses mandataires d'avoir fait leur devoir [...] Car les délégués du peuple accomplissent un devoir et ne rendent pas de services. "

Donc une démocratie au sens étymologique du terme (démo = peuple ; kratos = pouvoir), le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple, la démocratie la plus authentique qui ait jamais existé à travers l'histoire, une démocratie directe reposant sur une citoyenneté active, à l'échelle, il est vrai d'une ville et durant une soixantaine de jours. Mais quelle remise en cause de la délégation du pouvoir et de la bureaucratie ! Cette souveraineté populaire, pleinement assumée, s'inscrit fort bien dans la filiation de la Constitution de 1793, qui proclamait " le droit à l'insurrection " comme " le plus sacré des droits et le plus imprescriptible des devoirs ".

PREMISSES DE L'AUTOGESTION

La démocratie s'étend à l'entreprise. L'atelier de réparation d'armes du Louvre se dote d'un règlement autogestionnaire : chaque atelier élit, pour quinze jours, au conseil de direction, un ouvrier chargé de transmettre les réclamations et d'informer ses camarades des décisions prises. Dans l'orbite des chambres syndicales ou de comités de l'Union des Femmes surgissent de nombreux ateliers coopératifs. Cette pratique inspire le décret du 16 avril, prévoyant la remise en marche par les ouvriers associés des ateliers que leurs patrons ont désertés.

 

 
Les femmes

VERS L'EMANCIPATION FEMININE

Constituant vital de cette démocratie directe, les femmes. Elles sont sur le devant de la scène depuis le 18 mars (Louise Michel à Montmartre). Jules Vallès, dans Le Vengeur du 12 avril 1871, décrit avec enthousiasme : " J'ai vu trois révolutions, et, pour la première fois j'ai vu les femmes s'en mêler avec résolution, les femmes et les enfants. Il semble que cette révolution est précisément la leur et qu'en la défendant, ils défendent leur propre avenir. " Est alors créé le premier mouvement féminin de masse, l'Union des Femmes, qu'animent Elisabeth Dmitrieff, aristocrate révolutionnaire russe de 20 ans, et Nathalie Le Mel, une bretonne de 45 ans, ouvrière relieuse.

Après des siècles de phallocratie, balayant son dernier avatar en date, le proudhonisme (adepte de la femme au foyer), dont plusieurs de ses membres pourtant se réclament, la Commune ouvre une brèche vers la libération des femmes. Les projets d'instruction pour les filles visent à affranchir les femmes des superstitions et de l'emprise de l'Eglise, considérée comme l'âme de la contre-révolution. Les femmes obtiennent à travail égal, salaire égal , et créent de nombreux ateliers autogérés. Dans quelques quartiers les élus appartenant à l'Internationale associent des femmes à la gestion municipale.

En cette époque où règne, étouffant, " l'ordre moral ", la Commune officialise l'union libre, conférant à la famille constituée hors mariage (concubins, enfants naturels) sa première reconnaissance légale. Enfin, la Commune bannit la prostitution considérée comme une forme de " l'exploitation commerciale de créatures humaines par d'autres créatures humaines. " Durant la Semaine sanglante, les femmes combattent sur les barricades, à l'image de Jeanne-Marie que glorifie Arthur Rimbaud, et de Louise, l'infirmière de la Fontaine-au-Roi, à qui J. B. Clément dédie Le Temps des Cerises. Ce rôle pionnier des Communards suscite la haine des Versaillais, qui forgent le mythe des " pétroleuses ". Et Alexandre Dumas fils, auteur de La Dame aux Camélias, ose écrire : " Nous ne dirons rien de leurs femelles par respect pour toutes les femmes à qui elles ressemblent quand elles sont mortes.

FEMMES DE LA COMMUNE

"Le jeudi 25 mai 1871 alors que les gardes nationaux abandonnaient la barricade de la rue du Château-d'eau, un bataillon de femmes vint en courant les remplacer. Ces femmes, armées de fusils, se battirent admirablement au cri de : "Vive la Commune!". Nombreuses dans leurs rangs, étaient des jeunes filles. L'une d'elles, âgée de dix-neuf ans, habillée en fusilier-marin, se battit comme un démon et fut tuée d'une balle en plein front. Lorsqu'elles furent cernées et désarmées par les versaillais, les cinquantes-deux survivantes furent fusillées." "L'attitude des femmes pendant la Commune faisait l'admiration des étrangers et exaspérait la férocité des Versaillais" raconte Lissagaray dans son Histoire de la Commune de 1871.

Les deux commentaires de presse suivant, illustrent parfaitement cet avis. "En voyant passer les convois de femmes insurgées, on se sent, malgré soi, pris d'une sorte de pitié. Qu'on se rassure en pensant que toutes les maisons de tolérance de la capiltale ont été ouvertes par les gardes nationaux qui les protégeaient et que la plupart de ces dames étaient des locataires de ces établissements" Le Figaro "J'ai vu une jeune fille habillée en garde national marcher la tête haute parmi des prisonniers qui avaient les yeux baissés. Cette femme, grande, ses long cheveux blonds flottant sur ses épaules, défiait tout le monde du regard. La foule l'accablait de ses outrages, elle ne sourcillait pas et faisait rougir les hommes par son stoïcisme." The Times 29 mai 1871. Le comité de vigilance des citoyennes Le comité de vigilance des citoyennes du 18e, présidé par une couturière, Sophie Doctrinal, se distingua par sa grande activité.

Le comité avait été créé par Clémenceau après le 4 septembre 1870. Parmi les adhérents de ce comité, il y avait Louise Michel et une russe, femme de Victor Jaclard, membre de l'internationale, colonel de la 17e légion fédérée, Anna Jaclard née Korvine Krouskovskaïa à Saint- Pétersbourg, se trouvait à Paris avec sa soeur Sonia qui devint une éminente mathématicienne, et qui, pendant la commune, travailla dans les hôpitaux parisiens.

LOUISE MICHEL (1830-1905)

Louise Michel, la vierge rouge, la bonne Louise, la petite institutrice qui avait eu l'audace de changer le monde, qui avait rêvé d'un monde plus juste. Louise la bonté, Née dans la Haute-Marne, fille d'un châtelain et de sa servante, Louise Michel grandit au château de ses grands-parents. Elle y reçoit une éducation libérale et une bonne instruction dans une ambiance voltairienne, qui lui permettent d'obtenir son brevet de capacité : la voilà institutrice. Mais elle refuse de prêter serment à l'empereur et ouvre alors une école privée en 1853. En 1855, elle enseigne dans une institution de la rue du Château-d'Eau. Elle écrit des poèmes, collabore à des journaux d'opposition, fréquente les réunions publiques.

Sa rencontre avec Théophile Ferré la marque pour la vie. En novembre 1870, elle est présidente du Comité de vigilance républicain du XVIIIe arrondissement. Pendant la Commune, elle est garde au 61e bataillon, ambulancière, et elle anime le Club de la révolution, tout en se montrant très préoccupée de questions d'éducation et de pédagogie.Dans la nuit du 17 au 18 mars, les troupes du général Vinoy reçoivent l'ordre de reprendre les canons des Parisiens. Mais on avait oublié les chevaux ; et les ménagères ont eu le temps de donner l'alerte. Le comité de vigilance du XVIIIe arrondissement, que dirigent Ferré et Louise Michel, monte à l'assaut de la butte Montmartre. Et l'on voit alors d'étonnantes manifestations : femmes, enfants, gardes fédérés entourent les soldats, qui fraternisent avec la foule joyeuse et pacifique. Cependant, le soir, deux généraux, le général Lecomte qui le matin avait donné, sans être obéi, l'ordre de tirer sur les Parisiens, et le général Clément Thomas, qui avait, en juin 1848, décimé les insurgés, sont fusillés, rue des Rosiers. C'est la rupture définitive avec Versailles. Louise Michel comme son ami Ferré sont de ceux qui pensent qu'il faut en finir maintenant avec le gouvernement de Versailles, ils veulent poursuivre l'offensive sur Versailles pour arrêter le gouvernement et Thiers, ils ne sont pas écouter.

Thiers n'a alors que peu de troupe à opposer à la commune, cela ne durera pas , l'occasion est manquée. Louise Michel fait partie de la franche des communards la plus révolutionnaire. Volontaire pour se rendre seule à Versailles afin de tuer Thiers, la presse bourgeoise la surnomme alors la Louve Rouge. Faite prisonnière lors de l'écrasement de la commune, elle assiste aux exécutions, comme femme elle échappe à la peine de mort(1). Elle est condamnée le 16 décembre 1871 à la déportation dans une enceinte fortifiée. Ayant vu mourir tout ses amis et surtout Ferré, elle réclame la mort au tribunal .C'est sans doute en l'apprenant que Victor Hugo écrit son poème "Viro Major". Arrivée en Nouvelle-Calédonie en 1873, Louise Michel date de cette époque son adhésion à l'anarchie, fidèle alors a son idéal, elle doit subir les injustices de ses gardes et de l'administration, elle s'emploie, malgré cela, à l'instruction des Canaques et les soutient dans leur révolte contre les colons. Révolte noyée dans le sang ou plutôt, brûlée dans les cendres puisque pour en finir avec les insurgés, l'administration de la colonie fait mettre le feu à la foret ou se cache les insurgés.

Après l'amnistie de 1880, son retour à Paris est triomphal. "Un visage aux traits masculins, d'une laideur de peuple, creusé à coups de hache dans le cœur d'un bois plus dur que le granit... telle apparaissait, au déclin de son âge, celle que les gazettes capitalistes nommaient la Vierge rouge, la Bonne Louise" (Laurent Tailhade). Figure légendaire du mouvement ouvrier, porte-drapeau de l'anarchisme, elle fait se déplacer les foules. Militante infatigable, ses conférences en France, en Angleterre, en Belgique et en Hollande se comptent par milliers. En 1881, elle participe au congrès anarchiste de Londres. À la suite de la manifestation contre le chômage de Paris (1883), elle est condamnée à six ans de prison pour pillage, devant le tribunal, une fois encore louise Michel utilise le banc des accusés comme une tribune politique. Dans ses prises de paroles elle essaye à chaque fois de mettre en accusation l'état bourgeois. Elle nous montre, car c'est encore valable aujourd'hui, qu'il n'y a rien à attendre de la justice d'un etat bourgeois : c'est une justice de classe, il faut donc la combattre, sans jamais s'en remettre à elle dans l'espoir (vain) qu'elle se montre juste. "Mais pourquoi me défendrais-je? Je vous l'ai déja déclaré, je me refuse à le faire(...)Je sais bien que tout ce que je pourrai vous dire ne changera rien a votre sentence".

C'est une lecon de courage que donne Louise Michel à chacune de ses comparutions devant les tribunaux de la république. Elle n'essaye pas de convaincre ses juges, c'est inutile ils sont aux ordres, elle les défie. De 1890 à 1895, Louise Michel est à Londres, où elle gère une école libertaire. Rentrée en France, elle reprend ses tournées de propagande. Elle meurt au cours de l'une d'elles à Marseille. Ses funérailles donnent lieu à une énorme manifestation, et tous les ans jusqu'en 1916 un cortège se rendra sur sa tombe.

La vie de Louise Michel est une vie de militante, elle laisse trés peu d'écrits théorique, (beaucoup de poêmes par contre) mais par contre sa vie est un exemple de lutte sans compromission avec les règles d'une république bourgeoise. C'est pour cela qu'il est aujourd'hui important de connaitre et de faire connaitre la vie de Louise Michel. (1) de nombreuses femmes ont été fusillées lors de la semaine sanglante, mais le tribunal militaire qui juge Louise Michel, décide de lui laissée la vive sauve parcequ'elle est une femme. C'est du moins ainsi que le président du tribunal justifie la "clémence" de la cour.

A Louise (Poème)

J'aimerais toujours
Le temps des cerises
C'est de ce temps là que je garde au coeur
Une plaie ouverte
Et dame fortune en m'étant offerte
Ne pourra jamais calmer ma douleur

"Le temps des cerises"
Jean-Baptiste Clément

Le dernier couplet de la chanson de Jean-Baptiste Clément est dédiée à Louise, une femme qui avait défendu à ses côtés les barricades de la rue des Trois-bornes et dont il n'avait retenu que le prénom.

Adresse des citoyennes à la Commission exécutive de la Commune de Paris.
J.O du 13 avril 1871

"Considérant
Qu'il est du devoir et du droit de tous de combattre pour la grande cause du peuple, pour la Révolution
Que le péril est immédiat et l'ennemi aux portes de Paris
Que l'union faisant la force, à l'heure du danger suprême, tous les efforts individuels doivent se fusionner pour former une résistance collective de la population entière, à laquelle rien ne saurait résister
Que la Commune, représentante du grand principe proclamant l'anéantissement de tout privilège, de toute inégalité, par la même est engagée à tenir compte des justes réclamations de la population entière, sans distinction de sexe - distinction créée et maintenue par le besoin de l'antagonisme sur lequel repose les privilèges des classes dominantes
Que le triomphe de la lutte actuelle - ayant pour but la suppression des abus, et , dans un avenir prochain, la rénovation sociale toute entière, assurant le règne du travail et de la justice - a, par conséquent, le même intérêt pour les citoyennes que pour les citoyens
Que le massacre des défenseurs de Paris par les assassins de Versailles, exaspère à l'extrême la masse des citoyennes et les pousse à la vengeance
Qu'un grand nombre d'elles sont résolues, au cas où l'ennemi viendrait à franchir les portes de Paris, à combattre et vaincre ou mourir pour la défense de nos droits communs
Qu'une organisation sérieuse de cet élément révolutionnaire est une force capable de donner un soutien effectif et vigoureux à la Commune de Paris, ne peut réussir qu'avec l'aide et le concours du gouvernement de la Commune.

Par conséquent
Les déléguées des citoyennes de Paris demandent à la commission exécutive de la Commune:

1) de donner l'ordre aux maires de tenir à la disposition des comités d'arrondissement et du Comité central, institué par les citoyennes pour l'organisation de la défense de Paris, une salle dans les mairies des divers arrondissements, ou bien, en cas d'impossibilité, un local séparé, où les comités pourraient siéger en permanence
2) de fixer dans le même but un grand local où les citoyennes pourraient faire des réunions publiques
3) de faire imprimer aux frais de la Commune les circulaires, affiches et avis que les dits comités jugeraient nécessaire de propager.

Pour les citoyennes déléguées, membre du Comité central des citoyennes : Adélaïde Valentin, Noëmie Colleville, Marcand, Sophie Graix, Joséphine Pratt, Céline Delvainquier, Aimée Delvainquier, Elisabeth Dmitrieff".
 
 
Rebond pour la Commune
51, rue Doudeauville
75018 Paris
Tél/Fax 01.53.41.62. 28

lerebond@oreka.com